Monastère de Geghard

     C’est en conséquence du travail magnifique des maîtres habiles et des braves architectes de l’Arménie médiévale que ce complexe unique claustral en pierre à deux étages, monolithe, d’un seul toit a été construit sur la rive droite du haut courant du fleuve Azat de la région de Kotayk: étant un centre spirituel, culturel et de culte de l’Arménie, il inclut aussi un séminaire, une bibliothèque, une école d’écriture, plusieurs cellules rocailleuses destinées aux moines.

Comme le fameux monastère a été construit dans les versants des montagnes, dans les antres, il a d’abord été appelé Ayrivank ou Monastère des Antres. Ce monument d’antres a été ensuite renommé Geghard au 13-ième siècle, en l’honneur d’un espèce d’arme appelé St. Geghard, qu’on gardait dans le monastère: c’est un arme avec une poignée en bois qui a un javelot en fer trièdre, pointu et plat. Selon la tradition, un soldat «sotnik» romain avait blessé de cet arme la côte de Jésus crucifié.

Selon les témoignages des sources arméniennes et étrangères, Geghardavank a été fondé lors des premières années de la proclamation du Christianisme comme religion d’Etat d’Arménie, c’est-à-dire au début du 4-ième siècle.

Il y a une chapelle creusée dans le rocher qui se trouve hors de ce monument préservé parmi les plus anciens. Il y a des epitaphes datant des siècles 12-13. C’est au 13-ième siècle que le groupe principal de monuments architecturaux a été créé: l’église principale, son parvis, deux églises creusées dans les rochers, la chapelle-mausolée et des cellules de diverses tailles. Tout cela est entouré au Nord de rochers verticaux – pittoresques et inouïs, et de tous les autres côtés, le complexe est entouré d’enceintes en pierre.
Plus tard, au 17-ième siècle, divers types de bâtiments habités ou d’utilisation économique ont été construits à côté de l’enceinte.

L’épitaphe qui figure sur la partie frontale de l’église nous raconte que cette église pricipale a été construite en 1215, à l’époque du règne de la dynastie des Zakaryan.

Le nouveau cycle de construction de Geghard, un cycle plus nouveau, a débuté dans la seconde moitié du 13-ième siècle lorsque le prince Prosh a commencé la construction des bâtiments creusés en pierre, après avoir acheté le monastère des Zakaryan.

La première église qui se trouve au Nord-Ouest du parvis de l’église principale a été construite de 1230 à 1250. Le nom de son architecte Galdzak est gravi sur le carré voûté de l’église.

En 1283 on a construit la seconde église et son parvis. Dans la direction de l’axe de l’entrée, entre les colonnes on voit une sculpture: une tête de bœuf qui tient deux lions enchaînés, au-dessous de ces lions il y a un aigle avec des ailes étendues, un agneau dans les serres. On suppose que cette sculpture représente les armoiries patrimoniales des Prochyans.

C’est de l’an 1288 que date la chapelle-mausoléede Papaq – fils du prince Prosh, et de Rouzoukan – son épouse: c’est une composition magnifique centripète, composée de quatre colonnes séparées.

Le complexe pittoresque du monastère de Géghard est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Géghard En 3D