13313385_1718118025132017_241842080_o

Arménie – ancienne, ensoleillée, chaleureuse, ma chère! Pour ceux qui n’ont jamais été en Arménie

L’Arménie ancienne a toujours été attirante, énigmatique et, surtout, chaleureuse. Je ne le dis pas parce que je suis Arménienne et que je vis à Erévan. En plus, ce ne sont pas mes paroles à moi.

Ce sont les paroles des gens qui, par la volonté du destin, ont été au moins une fois sur la terre sainte de l’Arménie et qui ont aspiré l’air de nos montagnes… Des gens qui ont contemplé le mont d’Ararat du côté de Khor Virap… Des gens qui, à tout prix, veulent tremper les pieds dans les eaux de Sévan car ils ont entendu beaucoup parler de ses eaux transparentes et limpides, bien qu’ils soient arrivés en Arménie pour deux jours… Des pèlerins qui sont venus ici pour voir de leurs propres yeux l’endroit d’oú le christianisme a été conçu… Des travel bloggers, des touristes, des historiens, des archéologues, des savants de divers pays de la planète.

L’Arménie est un pays de pierres silencieuses. C’est le silence de ce qu’elles ont vu et entendu tout au long des siècles… L’Arménie offre le possibilité de contempler des temples, des monastères qui s’élèvent sur les massifs calmes et souvent peu peuplés. Il suffit de faire un trajet de 2-3 heures, et nous avons une ville moderne devant nous, avec tous ces constituants: nuits branchées, événements culturels, fontaines, hôtels modernes, service qualifié etc.

Et maintenant, nous allons nous transférer dans la capitale séduisante de l’Arménie – Erévan. Une ville avec des squares commodes, ses parcs illuminés et petits cafés bon marché qu’on rencontre partout… Une ville avec une architecture unique en tuf rose et noir, ses habitants hospitaliers et, bien sûr, des jeunes filles très charmantes.

L’Erévan de nos jours est une ville de contrastes et d’extrémités. Cette ville est pleine de bonté, de sourires, de musique et d’art. C’est une ville de jazz où le sentiment du vol libre et l’harmonie sont présents dans l’air même. L’odeur des abricots trempés dans le soleil, ainsi que l’odeur de la vigne, des fruits secs, de soudjoukh et d’autres sucreries restent fixés dans la mémoire pour longtemps.

Erévan est comme une mère (bien que ce soit un mot masculin) pleine de soins et tendre qui, sans doute, nous fera manger bien copieusement: le tolma arménien avec matsoun (yaourt nature délicieux arménien), le khorovats (les petits morceaux de mouton rôtis à la broche) dans le lavache, le kébab, le tjvjik et d’autres plats traditionnels arméniens. Et pour le dessert – du café avec du gata ou du pakhlava qui fondent dans la bouche.

Les parcs d’Erévan sont pleins de gens le soir. Erévan est l’une des villes où l’on se sent en sécurité, même la nuit. C’est plus évident lors des soirées d’été qui sont très éclatantes et pittoresques. On se promène en familles, en couples, avec des amis, des collègues: ici on est en sécurité malgré l’appartenance nationale et religieuse. Souvent, on peut rencontrer au centre-ville des groupes de jeunes qui dansent kotchari, berd, yarkhouchta ou d’autres danses énergiques branchantes.

Les traditions invétérées se font rappeler dans les pavillons des parcs oú les hommes d’âge avancé jouent aux échecs ou à d’autres jeux jusqu’à nos jours.

Ah, oui! J’ai failli oublier: on peut encore rencontrer en Arménie des gens souriant dans les rues (je ne parle pas de ce fameux sourire en parlant avec son Smartphone). C’est un phénomène qui manque aux autres villes, pays et même dans les pays reconnus comme grandes puissances.

En bref, il faut voir tout cela. Alors, si cela Vous a intéressés, achetez immédiatement les tickets, trouvez les meilleurs accompagnants et venez en Arménie!

  • Thumbnail title

    Thumbnail description

Leave a Comment

Your email address will not be published. All fields are required.