Festival de Tolma ou fête délicieuse

Le sixième festival annuel de tolma appelé “Oudouli” a été organisé à Erévan.

Cettc fois-ci, les invités du festival s’étaient réunis dans le territoire du complexe commémoratif “Moussaler”. On a présenté au jury plus de 70 espèces de tolma. Le nombre des candidatures de participation à ce festival traditionnel de tolma augmente d’année en année. Cette année on a eu 30 pavillons, y compris celui de l’Armée nationale de l’Arménie.

Le nom du “tolma” vient du mot “toli” qui signifie “feuilles de vigne”. On utilise trois sortes de viande dans la préparation du tolma: du porc, du bœuf et de l’agneu. Des herbes épicées: basilic, origan, estragon. On tourne cette farce de viande épicée dans les feuilles de vigne et on commence à cuire. En Arménie on a l’habitude de servir le tolma avec du matsoun (yaourt nature) et de l’ail.

“Ce festival qui a été bien aimé par la société, est déjà devenu une belle tradition. Il faudrait noter que la cuisine joue un rôle assez important dans la vie de chaque pays, en contribuant ainsi au développement du tourisme. Pour cette année, on avait aussi des nouveautés: du tolma préparé avec de la viande d’autruche ou avec de la viande concassée qu’on appelle “qyufta””, – nous confie-t-il Sedrak Mamoulyan – le président de l’organisation publique “Développement et conservation des traditions culinaires arméniennes” et organisateur de cette manifestation.

Outre ces excellentes qualités de goût, les participants du concours ont stupéfait aussi par le design de ce plat préféré des Arméniens. Le festival de tolma a réuni aussi les recettes des Arméniens d’Iran qui utilisent aussi de l’épine-vinette (le berbéris). La recette du tolma des habitants de Sassoun avec la plaquemine (le kaki) et le raisin sec a aussi attiré l’attention des gens. Le tolma de Jeûne (le “passouts tolma”) avec du chanvre, ainsi que le tolma roulé dans les couches de jambon ont eu du succès aussi.

“Bien que je n’en connaisse pas les ingrédients et la recette, j’ai goûté déjà un nombre de variantes: tolma rôti, tolma dans le melon, tolma avec des légumes. Il s’agit des qualités de goûts très différents et intéressants. Aussi, je ne pourrais pas ne pas parler du design et de la manière de servir ce plat. Les particularités régionales, les trouvailles, les découvertes de nos cuisiniers prouvent une fois de plus que nous n’allons permettre à personne s’attribuer aucun de nos plats. Et grand merci aux organisateurs pour cette journée magnifique”, – nous confie-t-il Gaguik Ginossyan – créateur et chef de la troupe de danses ethniques arméniennes “Karin”.

Un record mondial a été constaté lors du festival de tolma: c’est celui dans la nomination “Le plus long tolma” qui a atteint une longueur de 23 mètres. Et le festival a été accompagné de musique et de danses nationales, du début jusqu’à la fin.

Selon Wiliam Pokhlebkin – historien, auteur de livres populaires sur l’art culinaire et l’histoire des plats nationaux, c’est dans la cuisine arménienne que ce plat même a été conçu.

L’Arménie était divisée entre la Turquie et l’Iran, du XVII siècle jusqu’au début du XIX siècle. Dans cette période, les ressources humaines et matérielles de l’Arménie étaient en déclin. Cependant, la culture spirituelle et matérielle de l’Arménie n’a pas subi de changements, et la cuisine arménienne non plus n’a pas subi de dégâts. Les Arméniens ont eu leur investissement dans la cuisine des Turcs Seldjoukides: par conséquent, plusieurs plats arméniens sont souvent référés souvent (surtout en Europe) à la cuisine turque (par exemple, le tolma).

  • Thumbnail title

    Thumbnail description

Leave a Comment

Your email address will not be published. All fields are required.