4f1427aa5890c

Le Vernissage d’Erévan

Le Vernissage d’Erévan – cette “petite cité” des maîtres arméniens, remplie de coloris national, se trouve tout au centre d’Erévan, non loin de la Place de la République.

Si on traduisait le mot “vernissage” du français, cela signifierait “couvert de vernis”. Selon la tradition, il y avait une époque où avant les expositions les peintres français couvraient leurs toiles du vernis, pour les rendre plus impressionnantes, du point de vue visuel. C’est à partir de la fin des années 70 que les habitants d’Erévan ont commencé à utiliser ce mot dans leur langage quotidien. D’abord le Vernissage se trouvait dans un petit square, près de la statue de Saryan et représentait une exposition temporaire. Pourtant aujourd’hui le Vernissage est considéré comme partie constituante de la culture arménienne, et à partir de 1991 il sa place fixe sur la rue Hanrapétoutyan (rue de la République), près de la Place de la République.

Les œuvres d’art créés par les maîtres eux-mêmes ont leurs idées, ont leurs propres histoires de conception et leurs processus de la création. On peut y voir les choses les plus uniques: des pièces de monnaie anciennes, ainsi que des tableaux et des bijoux modernes.

Le Vernissage – c’est le lieu préféré non seulement des habitants de la ville, mais aussi des touristes et des hôtes de la ville. Avant de quitter l’Arménie, ceux-ci y achètent des souvenirs en mémoire de ce voyage et pour des amis. Le Vernissage est une sorte de petite cité où tout le monde se connaît, une atmosphère de confiance et de respect règne entre les gens travaillant à Vernissage. C’est surtout la musique nationale venant derrière des comptoirs qui donne une athmosphère et un coloris spéciaux à Vernissage. De temps en temps on peut y écouter de la musique live, notamment de la musique de doudouk.

Le Vernissage – c’est une cité de peintres, d’artisans et de maîtres.

Ces œuvres d’art qui sont le résultat d’un travail unique à la main ne laissent indifférent personne. Des montres et des statues en bois, des nardi et des échecs, des habits nationaux arméniens, des gilets et d’autres accessoires de tissus nationaux, des khatchkars en tuf, des statues de cuivre – on disait que toute l’Arménie s’est concentrée dans ce petit square d’Erévan.

On peut y acheter tout ce qu’il y a de plus unique. On peut y trouver des instruments de musique nationaux tels que le doudouk, le zourna, le shevi (une sorte de flûte), le kemenché, le târ (le luth), le saz, l’oud et les autres instruments attirent l’attention non seulement des musiciens professionnels, mais aussi des amateurs (mélomanes). Le Vernissage est une sorte de paradis pour les collectionneurs de différents objets. On peut y trouver aussi une grande variété d’appareils photo anciens (“Zénith” et “Spoutnik”), ainsi que l’appareil photo “Canon” moderne.

Les pièces de monnaie commémoratives et les coupures de l’URSS aussi attirent l’attention aussi bien des touristes, que des habitants d’Erévan, des collectionneurs et des critiques d’art.

Les tableaux occupent une place spéciale à Vernissage: ils sont exposés en deux lignes formant ainsi une allée incroyablement intéressante où l’on peut trouver des portraits, des paysages et des natures mortes. Selon les peintres, qui créent leurs œuvres et les vendent sur place, les tableaux les plus demandés sont ceux qui représentent le mont Ararat. Il y a d’autres endroits pittoresques de l’Arménie, représentés sur les tableaux qui ont du succès aussi: monastères, églises etc.

Il y a un pavillon spécial pour les “karpets” arméniens – ce sont des tapis faits à la main, avec des broderies pittoresques. “Nos karpets ont toujours eu un prix assez élevé. La particularité de l’art de la création des tapis arméniens c’est l’application du nœud double que nos maîtres ont utilisé depuis les époques anciennes”, – disent les spécialistes.

Les poupées vêtues d’habits nationaux arméniens occupent une place particulière dans le marché d’œuvres d’art. Leur particularité consiste en l’image arménien qu’elles représentent – garçon polisson ou jolie dame âgée, fiancée timide ou une dame mécontente…

A présent, les “taraz” (habits nationaux arméniens) sont très actuels. La broderie la plus connue et la plus préférée c’est le “vichapagorg” (tapis de dragon). Les karpets et les tapis anciens obtiennent, sous la main des maîtres, une vie nouvelle sous forme de “taraz” (sacs à main, gilets, courroies, porte-monnaie, objets culinaires etc.) et enchantent les gens de leurs broderies belles et riches.

Il existe un autre symbole national, exposé à Vernissage. C’est la grenade de différentes tailles et sous diverses interprétations, qui symbolise la fertilité et la richesse.

On peut rencontrer à Vernissage divers bijoux faits de pierres naturelles – améthyste, pyrite, obsidienne, ambre jaune, citrinine, aventurine, malachite… on pourrait en citer un très grand nombre.

Le Vernissage – c’est la fusion des traditions nationales et de l’art contemporain. On le visite non seulement pour faire des achats, mais aussi pour faire une simple promenade et pour obtenir une information intéressante et utile.

Ce n’est pas par hasard qu’on appelle le Vernissage “Musée en plein air”. C’est l’un des endroits uniques d’Erévan à travers le prisme duquel on peut voir l’Arménie réelle, la vraie âme et les vrais mœurs arméniens, et où l’on peut connaître l’Arménie.

Leave a Comment

Your email address will not be published. All fields are required.